Votre Question :

Macron Leaks : vrai scandale ou manipulation ?

Bonjour, la manipulation est évidente, mais elle n'exclut pas un éventuel scandale, que rien ne vient étayer pour le moment. Explication. Concernant la manipulation, donc, elle est évidente, étant donné le timing de l'opération. Publier 15 Go de documents piratés à moins de 2 jours d'un vote aussi important témoigne d'une volonté de semer le trouble et le doute. Comme l'expliquait à Libération un journaliste de Médiapart ayant travaillé sur les Footleaks, travailler sur une telle masse de documents exige du temps : pour trier, vérifier, confronter avec les intéressés. Or, ce travail était impossible à faire en deux jours, notamment parce que l'équipe du candidat, en raison de la trève électorale des 48 heures précédents le scrutin, ne pouvait se défendre d'aucune éventuelle accusation. L'intention était donc de semer le chaos. Et d'ailleurs, la fuite de données à été l'occasion de nombreuses fausses informations et rumeurs diverses.  Ajoutons que parmi la masse de données publiées figurent quantité d'informations qui ne présentent aucun intérêt public et violent évidemment la vie privée des membres de l'équipe du candidat. 

Cela ne veut pas dire qu'il ne peut pas y avoir de documents intéressants dans ce qui a été piraté et mis sur la place publique. En Marche a expliqué que la plupart des documents étaient authentiques. Dans tous les journaux (on peut le présumer, tout du moins), des journalistes ont commencé à éplucher les documents. Pour l'heure, aucun media sérieux n'a trouvé (ou n'a encore publié) de documents réellement compromettants. On peut imaginer que si les documents contenaient la matière à un vrai scandale, l'auteur des fuites aurait attiré l'attention sur ces éléments. Pour autant, il faudra donc attendre quelques jours (peut-être plus) pour savoir si ce qui a été piraté est digne d'intérêt. Il est tout à fait possible également qu'il n'y ait absolument rien d'illégal ni de compromettant dans la masse de documents mis sur la place publique. 

Cordialement

Cédric Mathiot