Votre Question :

Quel serait le pouvoir de Marine Le Pen si elle était présidente?

Bonjour Hélène,

Marine Le Pen, présidente, n’aurait pas plus de pouvoir que n’importe quel autre président de la Ve République.

Toutefois, il y a une forte chance pour qu’en cas d’élection à la présidence de la République, Marine Le Pen ne dispose pas d’une majorité à l’Assemblée nationale. On entrerait alors dans une période de cohabitation, mais cela ne signifie pas que ses pouvoirs seraient nuls. Comme l’explique notre collègue de Libération Kim Hullot-Guiot dans cet article, le président conserve plusieurs prérogatives. Ainsi, c’est lui qui nomme trois des membres du Conseil constitutionnel, dont son président, qu’il peut saisir à tout moment. Il peut également s’exprimer devant tous les députés et sénateurs, réunis en Congrès à Versailles, préside le Conseil des ministres ainsi que les conseils et comités supérieurs de la Défense. Il dispose également du pouvoir nucléaire. C’est aussi le président qui promulgue les lois. Il peut aussi dissoudre une fois par an l’Assemblée nationale après consultation de son Premier ministre et des présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale. Le président de la République dispose aussi du droit de gracier des prisonniers, individuellement. C’est aussi lui qui négocie et ratifie les traités, et qui est l’interlocuteur des autres Etats, pour lesquels il nomme des ambassadeurs (article 14).

Enfin, et c’est l’article le plus souvent cité par ceux qui craignent une victoire de Marine Le Pen, l’article 16 lui donne la possibilité, en cas de crise majeure, de s’accorder des pouvoirs exceptionnels, lesquels ne sont pas illimités mais peu contrôlés.

Bien cordialement,

Pauline Moullot