Votre Question :

Laurent Joffrin a-t-il raison de dire que Libération a été le premier à parler de «Président des riches» pour désigner Macron ?
Question posée le 9 octobre par Wikalpha

Bonjour, 

En marge du débat de fond, la politique fiscale d'Emmannuel Macron a généré une bataille aussi collatérale que picrocholine dans la «presse de gauche». Donc, cette presse de gauche (on partira du Monde pour arriver à Politis en passant par Marianne et Libé) a jugé ces dernières semaines, unanimement, que Emmanuel Macron était un «Président des riches», ou, à tout le moins, menait une politique favorisant les riches.

Mais voilà, si tout le monde est d'accord sur le constat, plusieurs médias ont revendiqué la primauté du diagnostic, sur le mode : «on est les premiers à l'avoir dit!»

Tout est parti d'un gros titre du Monde daté du 8-9 octobre : 

Le quotidien s'appuie sur les calculs de l'OFCE, à partir de données rendues publiques par le Trésor.

Ce titre suscite immédiatement des réactions. Ainsi, Marianne s'est illico fendu d'un article moqueur : «Même Le Monde s'aperçoit que le budget de Macron profite surtout aux plus riches». Non content d'ironiser donc sur le quotidien du soir (faut-il que le budget de Macron favorise les riches pour que «même» Le Monde le dise, nous dit en substance Marianne) l'article a surtout vocation - tout en reprenant les chiffres avancés par Le Monde, faut pas gâcher- de rappeler que c'est Marianne qui a écrit en premier sur le sujet. Voilà ce que dit le sous titre : «Confirmant les calculs de "Marianne", "Le Monde" souligne ce dimanche 8 octobre que les allègements d'impôts concrétisés par le projet de loi de finances 2018 (PLF), premier budget d'Emmanuel Macron, vont se concentrer sur les 10% de Français les plus riches». On objectera que les calculs du Monde (qui sont en réalité ceux de l'OFCE) ne confirment guère ceux de Marianne et sont tout à fait différents. Ce qui est normal : Le Monde donne des éléments chiffrés et actualisés sur la base des mesures présentées dans le budget qui n'étaient pas connues à l'époque où Marianne écrivait sur le sujet. Mais bref. Marianne l'affirme : «on était les prem's!» et met en lien pour le prouver un article de septembre : «Grâce à Macron, les rentiers paieront moins d'impôts… que la plupart d'entre vous !»

Mais dès le lendemain, Laurent Joffrin, casaque blanche et rouge aux couleurs de Libération, se mêle à la bataille. Dans sa «lettre politique», il note aussi que Le Monde est à la traîne. Et là où Marianne exhibait un article de septembre, Laurent Joffrin fait mieux, et avance un numéro daté du 31 août. Plus d'un mois dans la vue!

C'est sans compter sur Michel Soudais, de Politis, qui se paye Laurent Joffrin dans la foulée et l'affirme : Libération, dans cette affaire, n'a pas été copié, mais copieur. Les premiers, c'est Politis! A l'appui, une capture d'écran de la Une du magazine, datée du 19 juillet. Pour le coup, c'est Libé qui prend un mois et demi dans le baba.

 

Comme on le voit, Checknews a été convié sur les réseaux sociaux à arbitrer cette importante question (d'où cet article). La première chose que l'on peut dire, et c'est une leçon de vie, c'est que les plus ramenards ne sont jamais les plus méritants. Car à bien y regarder, si Politis a bien été (suivi par Libé) le premier à titrer sur «le président des riches», il y a quantité de journaux qui ont écrit dès la mi-juillet que la politique de Macron favorisait les plus riches... Et pour cause, c'est le 12 juillet que l'OFCE (qui a inspiré la quasi totalité de ces articles) a rendu publique sa première étude sur le sujet. Laquelle a été immédiatement relayée par la Croixl'Obsles Echos. Plus cocasse encore, il semble même que ce soit le Monde (pourtant brocardé pour avoir tardé à écrire sur le sujet) qui mentionne l'étude de l'OFCE en premier, le 12 juillet, dès 10h49. Rendons donc à ces médias les honneurs d'autant plus mérités qu'ils n'ont pas été réclamés. 

 

 

 

Cordialement

C.Mt