Votre Question :

Bonjour, j'ai lu que le fluor est un perturbateur endocrinien. Est-ce vrai? D'avance merci!

Bonjour,

Le site de l'institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) explique en détail ce que sont les perturbateurs endocriniens. Le système endocrinien regroupe les organes sécrétant des hormones influençant la croissance, le développement sexuel ou cérébral ou la reproduction (thyroïde, ovaires, testicules, hypohyse...)

Les perturbateurs endocriniens sont des molécules qui, comme leur nom le laisse deviner, perturbent le fonctionnement de ces organes, au risque de dérégler le fonctionnement du corps humain (puberté, fertilité, etc.). Le plus connu d'entre eux est le distilbène, un médicament donné aux femmes enceintes pour faciliter leur grossesse, et dont les scientifiques ont constaté, dans les années 1970, qu'il provoquait chez les enfants nés de ces grossesses des formes rares de cancer.

Interrogé, le chercheur à l'Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier (IRCM), Patrick Balaguer évoque cependant un emballement médiatique autour des perturbateurs endocriniens : «On lit tout et n'importe quoi dans la presse». Le spécialiste de la question rappelle ce qui permet de qualifier une molécule de perturbateur endocrinien : «La concentration à laquelle on peut y être exposé et la dose à laquelle le perturbateur endocrinien a un effet».

C'est ce qui explique qu'actuellement, beaucoup de produits ne sont que des « perturbateurs endocriniens supposés », selon leur quantité dans l'environnement des individus par exemple. Ce sont ces perturbateurs endocriniens supposés qui sont étudiés par les scientifiques. Mais Patrick Balaguer l'assure, le fluor ne semble pas en faire partie : «Il n'est pas inscrit sur la liste des molécules qui sont potentiellement des perturbateurs endorciniens

Pour lui, le doute vient de la confusion avec les composés perfluorés (PFOA et PFOS), «présents dans les vêtements imperméables et les revêtements des poèles antiadhésives». A très forte concentration, ces composés ont bien «des effets toxiques», explique le chercheur.

Fabien Leboucq